Histoire des lieux

L’histoire de Baud-Chardonnet commence au 13ème siècle.

A l’époque, Baud est le nom d’un lieu-dit en pleine campagne, rattaché à l’abbaye rennaise de Saint-Mélaine. Le site de la plaine de Baud comprend alors une maison bourgeoise, sise au « Petit Baud », et un château connu sous le nom de la « Ferme du Grand Baud ».

Il ne reste plus de trace de ces deux habitations démolies respectivement au début du 20ème siècle et dans les années 1960 pour permettre le développement des activités industrielles. 

Chardonnet s’installe à Baud

En 1918, une usine de textile s’installe au bord de la Vilaine sous la direction de Louis Marie Hilaire Bernigaud, Comte de Chardonnet et inventeur de la soie artificielle. C’est le début du développement industriel du site.

D’autres activités viendront s’y greffer dont une corderie, une fabrique de savon, mais aussi des sociétés spécialisées dans la négoce de produits pétroliers, des ateliers de mécanique, de transport, de bâtiment, de menuiserie…

Des jardins ouvriers sont mis en culture à partir de 1938 au bord de la Vilaine.

Au rythme de l’industrie

Le développement industriel de Baud-Chardonnet profite des voies ferrées qui pénètrent le site pour assurer la desserte directe de ses usines et entrepôts.

Pendant la Seconde guerre mondiale, la situation stratégique de la plaine de Baud lui vaudra de subir le bombardement allemand le plus meurtrier en Bretagne. Le 17 juin 1940, environ un millier de réfugiés et de soldats périrent dans l’explosion des trains stationnés dans la gare de triage voisine.

A partir des années 1980, l’activité industrielle décline et les entreprises s'en vont à tour de rôle. Délaissés complètement dans les années 2000, les terrains en friche sont rachetés progressivement par la Ville de Rennes et Rennes Métropole pour offrir au site un nouveau destin urbain.